Posts by "Marie-Agnès"

De la biographie au foot, la passion arbitre tout !

Depuis quelques années, je partage l’histoire de familles, de couples, de femmes et d’hommes. Tous désirent coucher sur le papier leur parcours de vie, parfois ordinaire, parfois extraordinaire, parfois joyeux, parfois douloureux, toujours touchant et unique. Je n’invente rien, je suis servie sur un plateau. Un jeune confronté à la maladie, un arboriculteur fier des fruits de son travail, une retraitée qui revit en voyageant et jouant du piano, un papy gâté mais pas gâteux, une fille criant l’innocence de son père, deux femmes quittant leurs enfants pour une vie meilleure, une couturière se racontant de fil en aiguille, une histoire de village narrée par deux familles, une petite-fille offrant à ses grands-parents les pages de leur vie…

Je ne me lasse pas de les écouter rire, parfois pleurer. Je ne me lasse pas de sentir que leur vie compte à leurs yeux, et surtout aux yeux de leurs enfants, petits-enfants, famille et amis. Toute vie est unique, parsemée de lumière et d’ombre. Je ne rajoute rien, tout est en eux.

Si vous me lisez, de temps à autre, vous connaissez ma ferveur pour le foot. Personne n’est parfait ! Ce que je trouve dans vos biographies, je le retrouve pareillement dans un stade. L’envie de partager, de hurler, de vivre des émotions. L’entraîneur et l’auteur écrivent chacun leur histoire, l’une grâce au but en or, l’autre sur un livre d’or. L’arbitre siffle les nouveaux chapitres en autant de matchs pour une saison.

Ne me demandez pas de choisir entre raconter votre histoire et aller au match de foot, je crois bien que je vous laisserai tomber…

Votre écrivain biographe, Marie-Agnès Girault – de Francqueville

Après l’exploit à Paris, Reims relâche…

L’ŒIL DU SUPPORTER

REIMS -DIJON (1-2)

Samedi 28 septembre 2019

8e journée de Ligue 1 Conforama 2019-2020

Stade de Reims (8e à 11 points) – Dijon (20e à 2 points)

SDR-DFCO

Deuxième chapitre de la saison ! Samedi, le SDR s’est incliné face à Dijon à Delaune. Fidèle à son habitude, notre écrivain et supportrice stadiste Marie-Agnès nous fait le récit de la dernière rencontre des Rouge et Blanc, comme elle l’a vécue depuis les tribunes de Delaune, dans un tout nouveau format ! 

Delaune accueille dignement son équipe après l’exploit de la victoire face à Paris : « Merci les Rouges ! » Sur une combinaison collective modèle, Oudin d’une seule touche de balle décale Chavalerin qui, toujours sans contrôle, lobe malicieusement le portier dijonnais. Qu’il est beau ce but ! Clameurs à Delaune, aussitôt refroidi par le débordement éclair du bourguignon Baldé qui centre pour son capitaine Tavares, et qui maarque. 1-1, le rythme s’emballe, échevelé. Intenable sur son flanc gauche, Baldé récidive par une volée puissante, mais Rajkovic est à la parade, olé. L’arbitre siffle la pause alors que Chavalerin venait d’effectuer un centre dangereux… Delaune gronde ! Dijon persévère dès la reprise par son duo intrépide de choc : Tavares lance Baldé qui punit notre portier serbe, 1-2 pour Dijon. « On se met en mode concentré ! » entend-on dans les tribunes. Reims repart de plus belle à l’assaut des cages côte-d’oriennes. Mais Dijon casse le jeu, l’atmosphère s’électrise. Disasi sauve le 1-3. Le miracle n’aura pas lieu, la défense rémoise s’est relâchée, et la sanction est cruelle.

Delaune s’enflamme pour :

🔥 Le petit pont génial de Cafaro

🔥🔥 La claquette de Rajkovic face à Baldé

🔥🔥🔥 Le but lobé fantastique de Chavalerin

Delaune gronde pour :

❌ L’arbitre qui siffle la pause sans finir l’action de jeu en cours

❌❌ Dijon qui joue la montre avec son gardien et le coup de la civière

 

Marie-Agnès Girault-de Francqueville

Reims-Monaco : score vierge, mais quels gardiens !

 L’œil du supporter

REIMS – MONACO (0-0)

Samedi 21 septembre 2019

6e journée de Ligue 1 Conforama 2019-2020

Stade de Reims (11e à 7 points) – AS Monaco (19e à 2 points)

SDR-ASM supportersPremier chapitre de la saison ! Samedi, le SDR a partagé les points face aux Monégasques à Delaune dans une rencontre ouverte où les gardiens ont été sollicités à plusieurs reprises… Fidèle à son habitude, notre écrivain et supportrice stadiste Marie-Agnès nous fait le récit de la dernière rencontre des Rouge et Blanc, comme elle l’a vécue depuis les tribunes de Delaune, dans un tout nouveau format ! 

« Une impitoyable défense rémoise opposée à une prometteuse attaque monégasque, voilà le menu du match. L’entrée nous est servie par une frappe contrée de Bakayoko qui oblige Rajkovic à une sublime détente à l’horizontale. Doumbia réplique aussitôt par un superbe tir, hélas boxé des deux poings par Lecomte. Les Rémois accélèrent et Dia semble avoir l’ouverture du score au bout du pied, mais Lecomte sauve son équipe d’un geste réflexe. Delaune entonne alors « Et nous allons gagner ». Cafaro, très remuant, centre pour Oudin idéalement placé… Sa reprise s’envole dans les airs, noon ! Le réalisme n’est décidément pas champenois ce soir. Sur un ballon rémois perdu, Monaco s’offre la cage ouverte mais rate l’inratable ! Rajkovic réalise un sauvetage in extremis. Oudin insiste par une puissante frappe du gauche encore repoussée par le portier de la Principauté. Golovin enroule le cuir, mais notre valeureux gardien fait des miracles grâce à une splendide parade, verticale cette fois. Un score vierge, mais des gardiens brillants ! »

Delaune s’enflamme pour :

🔥 La jolie talonnade de Doumbia pour Konan.

🔥🔥 Le temps additionnel de feu.

🔥🔥🔥 Les fantastiques parades de Rajkovic.

Delaune gronde pour :

❌ Les ballons perdus et les tirs qui s’envolent bien trop haut.

❌ ❌ Le short abusivement tiré d’Abdelhamid par Dias qui n’écope que d’un jaune !

 

Marie-Agnès Girault-de Francqueville

L’exploit de Reims pour une belle 8e place en ligue 1 !

L’ŒIL DU SUPPORTER

Vendredi 24 mai 2019

38e journée de Ligue 1 Conforama 2018-2019

Stade de Reims (9e à 52 points) – PSG (1er à 91 points)

SDR-PSGDernier chapitre de la saison ! Face au PSG vendredi, les Rémois ont su aller offrir un dernier match riche en buts et en émotions à leurs supporters. Fidèle à son habitude, notre écrivain et supportrice stadiste Marie-Agnès nous fait le récit de la dernière rencontre des Rouge et Blanc, comme elle l’a vécue depuis les tribunes de Delaune… 

L’euphorie de tout un stade !

Les paris sont lancés pour ce prestigieux Reims – PSG : piquette, bon match nul ou exploit ? Delaune affiche complet pour ce dernier round du championnat. Place au sport. Cavani engage. Mbappé enchaîne les dribbles impressionnants. C’est déjà chouette de voir ces grands joueurs sur notre belle pelouse ! Le pressing est parisien. Ça joue vite et bien. Le bloc défensif rémois est en place, bien concentré. Soudainement, Cafaro s’élance tel un feu follet, déborde Verratti, centre pour Oudin qui reprend du pied gauche. Joli ! Buffon repousse, et Doumbia en profite pour enrouler sa frappe qui touche la transversale. Belle occasion ! Kamara tente sa chance de loin et oblige encore le gardien italien à relâcher sa prise. Dingomé et Romao sont au pressing pour récupérer le cuir au milieu de terrain. Delaune est en mode « survoltage » : « C’est tout le Stade qui va s’enflammer ! » Paris ne parvient pas à cadrer. Oudin a vu la course de Baba sur le flanc gauche. Son tir passe délicatement entre les jambes de Buffon. BUUUT ! 1-0 pour le Stade de Reims. Que c’est bien joué ! Les supporters sont gagnés par l’euphorie : « Nous sommes les Rémois, et nous allons gagner. » Draxler se voit très gentiment averti d’un carton jaune alors que le rouge n’était pas loin… La maîtrise a changé de camp. Mon jeune voisin Mattéo analyse parfaitement ce premier acte de haut vol : duels serrés au milieu, contre-attaques champenoises décisives. Christian, lui, souligne l’ambiance survoltée de Delaune.

L’exploit rémois pour une huitième place !

Les champions parisiens assiègent le camp stadiste aux lueurs des fumigènes de leurs fans. Y a le feu chez Mendy ! Mais Cafaro est intenable sur son flanc droit. Il déborde facilement Kurzawa et adresse un magnifique tir croisé, dévié de la main par Buffon sur son poteau rentrant, BUUUT ! Le break est fait, 2-0. Delaune se met à rêver de l’exploit. Piqué au vif, Paris réagit par son trio infernal. Sur un centre de Di Maria, Cavani remet de la tête pour le prodige Mbappé qui réduit le score. 2-1. Paris pousse mais Mendy fait parler sa classe de grand gardien. Le sablier du temps s’égrène. La défense rémoise ne rompt pas. Delaune est hors d’haleine : « Qui ne saute pas n’est pas Rémois, allez ! » Zeneli frappe, c’est repoussé. Et Paris repart à l’assaut. Buffon est largement sorti de sa cage, lorsque, sur un long dégagement de Reims, Chavarria bondit dans une chevauchée solitaire. Par un habile crochet, l’attaquant argentin crucifie le portier parisien. BUUUT ! 3-1. Victoire incontestable des Stadistes dans une ambiance de folie ! Dans le même temps, Lyon bat Nîmes en toute fin de match. Reims se hisse ainsi à la huitième place du championnat. Hip hip hip Hourra ! Les supporters explosent de joie. Gauthier en fin connaisseur commente : « Très bon Stade de Reims en première période, a plus souffert ensuite dans une ambiance bouillante, très belle victoire. » Amaury, jeune Stadiste, confirme : « Bien défendu, l’équipe a su mettre les attaques au fond des filets, efficace et solide. » Romain et Laurent sortent déçus du PSG mais comblés de ce pari fou réussi ! Merci à vous tous, supporters qui gardez toujours l’œil fidèle et averti.

Marie-Agnès Girault-de Francqueville

Les Verts de Saint-Étienne trop forts pour Reims

L’ŒIL DU SUPPORTER

Dimanche 21 avril 2019

33e journée de Ligue 1 Conforama 2018-2019

Stade de Reims (7e à 48 points) – AS Saint-Étienne (5e à 53 points)

Abdul-Rahman Baba

Fidèle à son habitude, notre écrivain et supportrice stadiste Marie-Agnès nous fait le récit de la dernière rencontre des Rouge et Blanc, comme elle l’a vécue depuis les tribunes de Delaune dimanche…

Une affiche de rêve

En ce jour radieux de Pâques, le Delaune des grands jours vibre pour cette belle affiche de nos Rouges contre les Verts de Saint-Étienne. Souvenez-vous de l’épopée des Verts de 1976 et de ce quart de finale d’anthologie où les Revelli, Larqué et Rocheteau propulsèrent tout un peuple en demi, puis finale de la coupe d’Europe ! Cet instant suspendu au firmament fut partagé par tous les amoureux du foot. Quarante-trois ans après, les Stéphanois visent encore et toujours l’Europe, talonnés de près par des Rémois affamés de points, toujours à l’affût. Lâchez les fauves !

Bévue et réalisme

D’emblée, la maîtrise du ballon est stéphanoise. Reims adopte le mode « défense ». Dia tente des débordements et Abdelhamid marque son territoire. Malgré tout, pertes de balle et transversales mal ajustées appauvrissent le jeu. Sur une surprenante relance au pied, Mendy sert « magistralement » Kazhri qui arme son tir rapidement. Notre malheureux portier ne peut capter, et Cabella se réjouit de pousser facilement le cuir au fond des filets. But ! 0-1 pour les Verts. Mendy boxe son poteau, de rage. Les Rouges et Blancs concèdent un excellent coup franc pour l’équipe de Gasset. C’est dans le mur, ouf ! Cafaro accélère dans son couloir gauche, centre pour Dia qui glisse, mais Oudin, idéalement placé, a le but ouvert pour égaliser. Le Stade retient son souffle. C’est largement au-dessus ! Non ! Le verdict à la pause est sans appel : rapidité, percussion et réalisme penchent pour les Verts.

Des Verts chanceux et dominateurs

Les intentions offensives virent enfin au rouge. Tous les supporters se sont levés sur une belle tête de Dia… Poteau ! Et sur un contre chanceux mené par Cabella, le meilleur buteur stéphanois, Khazri, adresse une frappe hasardeuse, détournée par Engels dans son camp ! But improbable. 0-2 pour les visiteurs. L’addition est lourde. Un cri désespéré s’échappe des tribunes : « ça foire de partout ! » Reims continue de pousser et le rythme monte d’un cran. Sur un bon centre au ras du sol d’Oudin, Dia reprend le cuir, mais c’est juste à gauche du but de Ruffier. Une lueur d’espoir traverse Delaune lorsque Chavarria marque, mais la vidéo confirme le hors-jeu. Les Rouges et Blancs n’obtiennent qu’en fin de match leur premier corner, symptomatique de la nette domination de l’ASSE. « Allez les Rouges ». Delaune ne lâche cependant pas son équipe et croit au miracle. Doumbia tente un puissant tir, en vain. Chavarria fait de nouveau trembler les filets, pris au piège du hors-jeu récurrent. L’ultime tête de Zeneli ne changera rien. Malédiction ou déconcentration rémoise, c’est au choix. L’Europe tend les bras aux Verts. Mais les Rouges n’ont pas dit leur dernier mot.

Marie-Agnès Girault-de Francqueville