Et si on causait vendanges…

 

vendanges

Le mot vendange vient du latin vindemia : vinum, vin et demere, récolter. Il s’agit donc bien de la récolte du raisin destiné à produire du vin ou…du champagne ! Au pluriel, il désigne l’époque de cette récolte. Notre belle langue française, proche de la nature, regorge d’expressions où les vendanges sont à l’honneur.

 « Adieu paniers, vendanges sont faites » se dit lorsque les vendanges sont passées, ou qu’il est arrivé malheur aux vignes, ou bien encore que des affaires ont été manquées, ou enfin, pour marquer une déception.

« Prêcher sur la vendange »pour dire s’amuser à causer à table le verre à la main, au lieu de boire.

« Il a fait vendange »signifie qu’il a gagné beaucoup dans une affaire.

« Vendanger une occasion de but »dans le jargon footballistique veut dire rater lamentablement un but immanquable ! Cette expression tire son origine du fouleur qui piétinait sans relâche les raisins dans une cuve ajourée d’orifices et semblait dépenser son énergie inutilement. Les commentateurs sportifs ont voulu comparer ce geste du fouleur aux gesticulations incertaines du joueur qui manquera finalement son occasion.

« De bois noué courent grandes vendanges »pour dire que chaque personne récolte le fruit de son propre travail.

« Arriver comme la grêle après les vendanges »se dit lorsque l’on arrive très en retard. En effet, quand les vendanges sont finies, la grêle ne peut plus rien détruire.

 

 De tout temps, Dame nature, et particulièrement, nos beaux vignobles se sont inspirés de dictons pour nous guider dans nos prédictions viticoles.

« Tonnerre d’août, belle vendange et bon moût. »

« Août mûrit, septembre vendange, en ces deux mois tout bien s’arrange. »

« En septembre, s’il tonne, la vendange est bonne. »

« En octobre tonnerre, vendanges prospères. »

« Quand il pleut à la Saint-Victor, les vendanges ne sont pas d’or. »

(La Saint-Victor se fête le 21 juillet)

« Ciel bleu à la Sainte-Isabelle, te donnera vendange belle. »

(La Sainte-Isabelle se fête le 22 février)

 

 Notre causerie s’achève par une jolie citation de Marivaux (1736) illustrée par un calligramme, parfois appelé poésie graphique, dont l’auteur est anonyme.

« Cueillez la grappe pendant qu’elle pend, on ne fait pas toujours vendange. »

 POEME AU VENT D'ANGES

1 Comment Et si on causait vendanges…

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *