Cruel scénario pour un excellent match : Reims – Nice

D1199-2

Samedi, les Rémois ont partagé les points face à Nice (1-1), au terme d’un match à rebondissements. Comme à l’accoutumée, notre fidèle supportrice et écrivain Marie-Agnès était présente et vous fait le récit de la dernière rencontre des Rouge et Blanc, comme elle l’a vécue depuis les tribunes de Delaune…

Des défenses en béton

Très belle année 2019 footballissime ! L’antre de Delaune accueille ce soir deux équipes qui se ressemblent en cette mi-saison, même si l’OGC Nice compte trois longueurs d’avance au tableau. Une attaque guère prolifique protégée par une défense rigoureuse, voici les armes des Rouge-Blanc-Noir. Ce n’est pas une raison pour ne pas voir de buts, et des beaux !

Tout en maîtrise

Les Rouge et Blanc affichent leur volonté offensive. Cafaro s’échauffe sur un bon coup franc. Nice peine à trouver des solutions. Les passes rémoises sont précises et le rythme s’accélère. Le capitaine Romao, dans le rond central, délivre une ouverture magistrale. Oudin contrôle de la poitrine, puis ajuste un tir imparable entre les jambes du portier adverse. Buut ! C’est l’ouverture du score à Delaune, 1-0 pour les Champenois. « Merci, de Rien ! » Les hommes de Guion combinent bien dans le camp des Aiglons, sans parvenir à prendre le large. Le coach Vieira change de tactique. C’est la pause. Benoît, un fidèle supporter, se réjouit de la bonne maîtrise de Reims, de notre défense de fer en espérant ne pas avoir à regretter les occasions du 2-0. 

Cruel scénario !

« Nous sommes les Rémois, et nous allons gagner. » Les Stadistes poursuivent leurs belles combinaisons techniques. Cafaro et Kamara tentent leur chance, en vain. Chavarria bénéficie d’un bon ballon d’Oudin, mais pris en tenaille par deux défenseurs, s’incline face à Benitez. Toujours à la baguette, Romao lance Chavarria sur le côté droit qui centre en retrait pour Cafaro. Tir croisé, dévié par Benitez et Buuut ! 2-0, le break est fait, croit-on… Delaune s’enflamme. La vidéo s’associe au climat pour refroidir tout un stade. Le but rémois est annulé pour hors-jeu. Les sifflets fusent, impuissants. Nice se montre enfin dangereux. Mendy est à la parade. Benoît me souffle : « On va trembler jusqu’à la fin. » Les minutes s’égrènent. Des supporters quittent l’enceinte, assurés de la victoire et des trente points. Sur un ultime corner niçois, le bloc rémois vacille. Delaune réclame le coup de sifflet final, mais c’est bel et bien la vidéo que court visionner l’arbitre. C’est horrible ! Quel suspens insoutenable ! Le triste mime de l’arbitre est impitoyable : penalty pour une main. Mendy est battu. Le Gym égalise 1-1. Les regards hagards et défaits pleuvent. Soirée cauchemardesque. Ce n’est qu’un jeu, mais quand même !

Marie-Agnès Girault-de Francqueville

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *