Le but de la délivrance pour le Stade de Reims !

L’ŒIL DU SUPPORTER

Samedi 20 octobre 2018

10e journée de Ligue 1 Conforama 2018-2019

Stade de Reims (17e à 10 points) – Angers SCO (10e à 11 points)

A864

Partage des points pour les Rémois samedi face à Angers ! Après avoir été menés au score, les Stadistes ont su réagir pour aller chercher l’égalisation. Comme à l’accoutumée, notre fidèle supportrice et écrivain Marie-Agnès était présente et vous fait le récit de la dernière rencontre des Rouge et Blanc, comme elle l’a vécue depuis les tribunes de Delaune…

Des buts !

Ce soir, les supporters rémois veulent des buts et une victoire. Oui, car les talents offensifs du Stade de Reims tardent à briller, après quatre matches vierges, hormis la défaite logique face au PSG. Du haut de son petit nuage, Raymond Kopa veillera sur la rencontre entre ses deux premiers clubs, le SCO d’Angers où il débuta sa carrière, puis le Stade de Reims où il révéla tout son talent en remportant par quatre fois le titre de champion de France. « Faites du bruit pour le Stade de Reims ! »

Le SCO ultra dominateur

Le premier corner est en faveur des Rouge et Blanc, sans suite. Les Angevins pressent haut et gagnent les duels aériens par leur puissance athlétique. Un joli petit pont rémois régale le public connaisseur. Chavarria chavire, un coup à gauche, un coup à droite. Le rythme est soutenu. Mendy est à la parade sur un bon tir du percutant attaquant Reine-Adélaïde. La fébrilité de notre défense est palpable. Thibault me souffle : « c’est laborieux ». Angers surclasse Reims. La reprise acrobatique rémoise avorte, le coup franc est mal tiré, les passes sont mauvaises, que c’est dur ! Delaune ne respire plus. Sur un corner du SCO, Traoré ajuste un tir imparable. But ! 0-1 pour Angers. C’est amplement mérité. Le break semble se profiler sur une splendide volée de Bahoken… Notre portier impérial nous sauve encore une fois, juste avant la pause. Mon voisin Fabien ne peut que soupirer : « C’est triste. Le milieu du SCO est agressif et nous empêche de construire. Leurs attaquants sont puissants et efficaces. »

Le but de la délivrance

Sur une pelouse arrosée, le Stade de Reims se rebiffe. Delaune reprend de la voix. Sur un centre de Doumbia, Oudin est à la réception. Delaune s’est levé, persuadé de tenir son égalisation ; mais ce fol espoir se heurte au poteau ! Noon ! Martin tente et réorganise son équipe. Les Scoïstes toujours menaçants agissent en contre. Le cuir fuse d’un but à l’autre. Mendy poursuit son match fantastique en repoussant les assauts adverses. Le ballon circule mieux du côté champenois malgré le manque d’automatismes à mon goût. Ojo place un solide tir que repousse le gardien angevin. Chavarria est à l’affût et se jette de la tête sur le cuir. BUUUT ! C’est la délivrance à Delaune. La sirène retentit allègrement. Les Rouge et Blanc poussent encore, loin d’être rassasiés. Dia fait son entrée au sein de l’attaque rémoise. Un tir des Noir et Blanc, heureusement trop croisé, tient en haleine le Stade. Le sifflet final dépose un bon point dans notre besace nous faisant gagner quatre places au classement. Les supporters sont partagés : du « pitoyable » pour certains au beau jeu de la seconde période pour Djiba. Le petit Aron aura le dernier mot : « C’était bien. Mon joueur préféré, c’est Chavarria. » 

Marie-Agnès Girault-de Francqueville

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *