Trois points de plus pour le rêve de Ligue 1

Vendredi 23 février 2018, 27e journée de la Domino’s Ligue 2 de 2017-2018.

Stade de Reims (1er à 60 points) – Quevilly Rouen Métropole (19e à 22 points)

oeil du supporter

Vendredi, les Rémois ont remporté leur vingtième victoire de la saison face à QRM, la dixième devant leur public ! Et, comme à l’accoutumée, notre fidèle supportrice et écrivain Marie-Agnès était présente et vous fait le récit du dernier match des Rouge et Blanc…

« Unis pour gagner ensemble », tel est le slogan de l’équipe de Quevilly Rouen Métropole. Après la désillusion face à Lens à l’ultime seconde du match, QRM se doit de rester uni pour survivre en Domino’s Ligue 2. Actuel relégable, Quevilly ne pense qu’à glaner des points pour se maintenir. Tout est possible. Quant aux Rémois, ils doivent garder leur état d’esprit exemplaire de cette saison si prometteuse. L’objectif demeure toujours le même : la victoire.

C’est parti à Delaune. Métanire sprinte sur son flanc droit et adresse un joli centre pour la tête de Siebatcheu, trop tranquillement capté par Hartock. Le premier corner est normand, mais la tête est hors cadre. L’attaquant Jeff Louis avec son numéro 13 se démène et met à mal la défense locale. Pas étonnant qu’il vienne de Ligue 1, prêté par Caen. De retour dans la surface normande, Chavalerin centre sur Oudin qui, après un rebond, reprend d’une magnifique et imparable reprise de volée. Reims 1-QRM 0. Sous un froid hivernal, Delaune se réchauffe. Onze minutes plus tard, Diego se fait malmener dans la surface et provoque un penalty. Cette fois, c’est Chavarria qui s’élance et prend à contre-pied Hartock. But ! 2-0 pour Reims. La victoire se dessine avec réalisme.

Les Stadistes engagent cette seconde période. Siebatcheu blessé cède son poste à Kyei. Les Rouges et Jaunes se rebiffent et repartent à l’offensive. Sur un corner bien ajusté, Mendy repousse le cuir, mais ne résiste pas au deuxième assaut de Ndao, qui marque, réduisant ainsi le score. 2-1 à Delaune. Les Rémois poussent pour faire le break, sans réussite. Mendy se retrouve « sonné », au sol. L’inquiétude est palpable. Il semble avoir perdu connaissance… Mais notre gardien se relève, toujours aussi élégant. Le spectre de l’égalisation plane lorsque surgit le tir tonitruant du fameux Louis. Dans un geste réflexe, notre portier s’envole dans les airs et préserve la victoire des Rouges et Blancs. La fin de match est loin d’être sereine, mais les trois points sont empochés. Béa, ma voisine, aura vécu son premier match de football, un baptême victorieux !

Marie-Agnès Girault-de Francqueville

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *